Journée internationale de commémoration des victimes du crime de génocide

En cette Journée internationale de commémoration des victimes du crime de génocide, d’affirmation de leur dignité et de prévention de ce crime, le CNMA prend conscience de l’énorme tâche de devoir de mémoire qui est sienne. Ce même devoir incombe au Mémorial de la Shoah, au peuple Tsutsi mais pas que : il est de la responsabilité de TOUS.

Le 9 décembre 2015, l’Assemblée générale des Nations Unies décrète cette Journée internationale de commémoration des victimes du crime de génocide, d’affirmation de leur dignité et de prévention de ce crime. Le 9 décembre est la date anniversaire de l’adoption de la Convention de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide

Nous assistons alors au 71ème anniversaire de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. Cela n’a pas empêché le directeur de la communication présidentielle de la Turquie, Fahrettin Altun, qualifier le Génocide arménien perpétré en 1915 par le gouvernement des jeunes-turcs, de « sombre propagande ». À l’évidence, il apparaît bien plus facile et judicieux pour la Turquie de créer un site négationniste (« 1915.gov.tr ») que d’admettre une véracité historique internationalement démontrée.

Il est de notre devoir à tous, d’oeuvrer ensemble, main dans la main, pour la prévention du crime de génocide ainsi que des délits connexes tel que le négationnisme ou l’incitation au génocide.
Chaque État a pour responsabilité de protéger sa population du génocide et de les sensibiliser contre l’oubli et la récurrence de ces évènements tragiques.

Ne sombrez pas l’obscurantisme.

CNMA

GRATUIT
VOIR